La création d’une entreprise est une aventure passionnante jalonnée de décisions cruciales, dont le choix du statut juridique figure parmi les plus déterminantes. En France, la palette des formes juridiques d’entreprise est vaste et peut prêter à confusion. C’est pourquoi, nous allons nous pencher sur les quatre principaux types d’entreprises qui se distinguent par leur structure et leur mode de fonctionnement : la SARL, la SAS, l’EURL et la micro-entreprise.

La SARL et la SAS

La SARL est une forme juridique d’entreprise très populaire en France, notamment pour les petites et moyennes entreprises. Elle est appréciée pour son cadre rassurant, où la responsabilité des associés est limitée à leurs apports

La gestion d’une SARL est assurée par un ou plusieurs gérants, qui peuvent être des associés ou des tiers. La SARL jouit d’un régime fiscal avantageux puisque l’impôt sur les sociétés s’applique sur les bénéfices, avec la possibilité pour les petites entreprises de bénéficier du régime des sociétés de personnes sous certaines conditions.

La SAS, ou société par actions simplifiée, est une forme juridique d’entreprise moderne et flexible, conçue pour s’adapter aux besoins de développement des entreprises de toutes tailles. 

Une des caractéristiques fondamentales de la SAS est la limitation de la responsabilité des actionnaires au montant de leurs apports, ce qui sécurise leur patrimoine personnel. Pour plus d’informations et de ressources, vous pouvez aller sur ce site.

L’EURL et la micro-entreprise

L’EURL, ou Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée, est en fait une SARL constituée d’un seul associé : l’entrepreneur individuel. Cette forme juridique d’entreprise combine les avantages de la SARL avec la simplicité de gestion d’une entreprise individuelle.

Dans une EURL, l’unique associé détient le contrôle total de l’entreprise, tout en bénéficiant d’une responsabilité limitée à ses apports. De ce fait, l’EURL est une option privilégiée pour les entrepreneurs solo qui souhaitent protéger leur patrimoine personnel sans partager la prise de décision.

La micro-entreprise (anciennement auto-entreprise) est un statut juridique simplifié destiné aux entrepreneurs individuels souhaitant lancer une activité avec un minimum de formalités administratives.

Le micro-entrepreneur bénéficie d’un régime fiscal basé sur un prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu, calculé en pourcentage du chiffre d’affaires, ainsi que d’un régime social simplifié. Cependant, la responsabilité de l’entrepreneur individuel est illimitée, ce qui signifie que ses biens personnels peuvent être engagés pour les dettes de l’entreprise.